à la mémoire d’un ami

Je débute en publiant une pensée rédigée par mon professeur décédé depuis peu et à qui je rends hommage, la mort disait il n’est qu’une sortie indispensable de la prison du temps, repose en paix l’ami.
LA GUERRE DES MAUX DITS
Par Nebil RADHOUANE
Pour railler l’incapacité des Romains à demander autre chose que les distributions gratuites du blé et les jeux du cirque, Juvénal leur adressa la formule, devenue célèbre, « Panem et circences », qui veut dire justement : « Du pain et les jeux du cirque » (Satires, X, 81).
Or, l’histoire a ceci d’ironique qu’elle répète périodiquement ses leçons en mettant à nu les défauts des hommes, leurs curieux travers et leurs basses convoitises. S’il était vivant, Juvénal nous dauberait comme il le fit des Romains, pour l’importance excessive que nous accordons désormais aux aspects clinquants des choses, aux prestations massivement spectaculaires et parfois même, sans raison, mobilisatrices.
Deux aspects, pourtant contradictoires, caractérisent notre pensée : d’un côté le prestige des mots vains et de la parlote ; de l’autre, c’est ce même privilège de « l’inanité sonore » et de la légèreté des mots qui manifeste pour nos causes les plus sérieuses et nous met constamment sur pied de guerre.

 

1) L’art de passer outre
Le rêve de tout intellectuel est que le savoir puisse se muer un jour en pouvoir. Or, ce n’est pas en évacuant ses états d’âme ou ses différends personnels avec Untel, que l’on pourra réaliser cet objectif.
A quels concours devrait participer un homme cultivé ? Aux petites querelles orientales ? Aux bisbilles administratives où la palme revient aux fayots et aux zélateurs? Non, ce serait se tromper d’ennemi et de guerre.
La sagesse, suprême convoitise du savoir, réclame de la sérénité et de la force tranquille. Et pour qu’elle soit digne de ce nom, la pensée doit être ferme et peu bavarde. A ce sujet, les sages taoïstes invoquent des formules si simples et si justes : « Celui qui parle ne sait pas, celui qui ne parle pas sait « .

 

Ce n’est pas que les contrariétés de tous les jours, les adversités dues au sort, soient faciles à supporter. Mais, pour survivre à ces maux et s’affirmer en tant qu’être, il faudra exceller dans l’art nietzschéen de « passer outre ». La seule manière, la meilleure, de contrer les contrariétés, c’est de les mépriser et d’aller de l’avant, avec ce calme olympien qui sied aux philosophes et qu’illustraient parfaitement les réactions zen de certains penseurs présocratiques.
Thalès était tombé dans le fossé parce qu’il avait la tête « scotchée » en permanence aux étoiles, mais il trouva l’excellente repartie qui rabattit le caquet à ses moqueurs ioniens : « Eux ne peuvent pas tomber dans le fossé, puisque déjà ils y sont ! »
Et souvenez-vous du tonneau de Diogène, de la flèche de Zénon puis, après Socrate, des raisonnements de Protagoras, de Gorgias et des sophistes.

 

2) Les guerres fantasmées
La vraie guerre doit se faire entre soi et soi. Entre soi et ses propres limites, pour pouvoir s’ingénier et se surpasser. Mais est-ce vraiment nécessaire de tout concevoir en termes de guerre ?
Il semble bien que la notion soit devenue incontournable. On donne le ton. Dès la première syllabe articulée par tel tribun ou tel orateur, l’hostilité belliqueuse est affichée. Le front est crispé, le regard est fébrile, le timbre est dans les basses et les graves, la voix est celle d’un chef de guerre qui s’égosille pour exhorter et haranguer la foule, de la manière la plus farouche et la plus féroce qui soit. De provoquer et de chercher noise, les cultures d’aujourd’hui ne guériront pas de sitôt.
Il n’est rien, jusqu’aux commentaires sportifs, qui ne soit chargé de vocabulaire militaire. Un match de pousse-ballon se transforme, à coups de métaphores guerrières, en véritable champ de bataille. L’avant-centre de l’équipe encouragée est un  » fer de lance » (« ra’s al-harba »), ses tirs sont des « boulets de canons » et sa prestation est celle d’un « héros ». L’attaque est assimilée à « l’assaut » et l’équipe adverse, à « l’ennemi à combattre à mort ». Enfin, les joueurs les plus combatifs sont admirés pour leur esprit « martial » (« rouh qitâliyyah »).

 

Une psychanalyse de la foule eût parlé en l’occurrence de « compensation » (« isqât »). Mais il semble que l’essentiel soit de s’accrocher à ce discours substitutif, sans lequel il est difficile de survivre.
C’est notre blé gratuit, et ce sont nos jeux de cirque.A
Publicités

Un commentaire sur “à la mémoire d’un ami

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s